Loading...

Nouvelles

Nouvelles shiatsu national, européen et internationale

LISTe des cours formation permanente approuves

La FBS vise un Shiatsu de haute qualité et une formation permanente des praticiens. Pour ce faire, nous demandons à nos membres de suivre au moins 15 heures de formation continue chaque année.

Ces cours doivent toujours être organisés et suivis dans une école de shiatsu ou un centre d'études reconnus par la FBS. Ils sont donnés par des enseignants reconnus ou enregistrés. Les cours à l'étranger peuvent être acceptés par le conseil d'administration et/ou le groupe de travail formation.

Les membres envoient chaque année, de leur propre initiative, les documents justificatifs à info@shiatsu.be

Liste des cours formation permanente reconnus :  

  •    Sotaï
  •    Shiatsu équin/canin
  •    Shiatsu en thérapie
  •    Approfondissement de l’étude des méridiens
  •    Shiatsu pendant la grossesse / Shiatsu pour les femmes
  •    Thérapie cranio sacral shiatsu (en relation avec les méridiens)
  •    Shiatsu structurel
  •    Shiatsu et la voix, Emo-Shiatsu, Shiatsu cellulaire
  •    Massage Shiatsu sur chaise
  •    Les techniques d'observation (programme guérisseurs)
  •    Shiatsu chez les patients en oncologie
  •    Déblocage en Shiatsu (hypnose)
  •    Ampuku
  •    Chi Nei Tsang
  •    Correction de la posture et exercices de stabilité́
  •    Introduction à la MTC dans le cadre du Shiatsu
  •    Feng Shui du cabinet
  •    Cours de cuisine en relation avec les 5 transformations 
  •    Shiatsu pour les enfants
  •    Techniques d’observation orientale, diagnostic de la langue, du pouls
  •    Méridiens merveilleux
  •    Réflexologie (pied et main)

Cette liste n'est pas exhaustive. Tout membre ou école peut soumettre une demande d’extension de la liste au conseil d’administration et/ou au groupe de travail formation. Le conseil d’administration décidera, éventuellement après consultation du GTF, de l’extension de la liste des cours formation permanente. 

Situation actuelle : liste établie par le GTF et confirmée par le Conseil d’administration le 18 septembre 2018

Read more

reglement general sur la protection des donnees (RGPD)

Qu'est-ce que le RGPD? Le règlement général sur la protection des données concerne la gestion et la sécurité des données personnelles des citoyens européens.

Le règlement général sur la protection des données (RGPD) vise à améliorer la protection des données à caractère personnel et la vie privée des citoyens européens. Mais quel en sera l'impact ? Et quels sont les défis à relever ? A partir de fin mai 2018, tout site web qui recueille des données auprès de ses visiteurs devra être totalement conforme aux nouvelles règles dans le domaine de la réglementation (RGPD). On en parle beaucoup, mais que signifie le terme, et que signifie ce nouveau règlement ? Voici un mot d'explication, car vous devrez être en ordre de toute façon pour éviter d'éventuelles amendes. Il va sans dire que les plus grandes entreprises et les médias sociaux tels que Facebook seront les plus ciblés.

(Les amendes peuvent atteindre 20 millions d'euros ou 4 % du chiffre d'affaires annuel mondial !)

En résumé, la législation relative au RGPD signifie:

1.         Transparence : en tant qu'entreprise, vous devez informer vos utilisateurs de manière transparente et sans ambiguïté sur la manière dont leur données sont collectées et traitées.

2.         Droit de rectification: La personne dont vous détenez les données a le droit de corriger les données personnelles incorrectes ou incomplètes. Vous devez répondre dans un délai d'un mois (prorogeable de 2 mois). Vous devez également informer les tiers auxquels ces données ont été transmises et informer la personne concernée des tiers auxquels les données personnelles ont été transmises. 

3.         Droit d'opposition: La personne dont vous conservez les données a le droit de s'opposer au traitement de ses données. Lorsque les données sont collectées à des fins de marketing direct, la personne concernée peut s'opposer, gratuitement et sans justification, au traitement de ses données. Dans tous les cas, vous devez informer la personne concernée de son droit d'opposition et le mentionner explicitement dans la politique de confidentialité. 

4.         Droit d'accès: La personne dont vous conservez les données a le droit de consulter certaines données et de recevoir des informations supplémentaires sur un nombre de choses. Vous devez également fournir une copie gratuite des données personnelles traitées dans un délai d'un mois (prorogeable de 2 mois). 

5.         Droit à l'oubli : les entreprises doivent pouvoir effacer les données personnelles sur demande. Ceci était déjà l'objet d'une grande attention médiatique, notamment en ce qui concerne Google.

6.         Obligation de signaler : une fuite de données personnelles doit être signalée au CPVP (Commission de la protection de la vie privée) dans les 72 heures, sous peine de lourdes amendes.

7.         Transfert de données : Veiller à ce que les utilisateurs puissent facilement récupérer leurs données afin de passer à un autre fournisseur de services.

8.         Transfert international de données : les données personnelles des citoyens européens devraient toujours être protégées conformément à la législation RGPD. Même si le siège social d'une entreprise se trouve en dehors de l'Union européenne.

QUELQUES EXEMPLES

La nouvelle législation GDPR a des conséquences profondes pour tout type de collecte de données. Mais comment ces règles s'expriment-elles concrètement ? Voici quelques exemples pratiques :

  • Registre: Si vous traitez des données personnelles, vous devez tenir un registre. Cela signifie que vous devrez conserver dans un fichier Excel un certain nombre de données (finalité du traitement, délai de suppression des données, catégories de données personnelles, catégorie et destinataire, mesures de sécurité, etc. 
  • Offres promotionnelles: dans le cas d'une offre promotionnelle vous rassemblez nom, adresse, e-mail...  Sauf l’accord explicite du participant, ces données ne peuvent plus être utilisées en dehors du cadre de l'offre et doivent être irrévocablement effacées.
  • Bases de données existantes: les dossiers des anciens employés, anciens membres et autres ne peuvent plus être conservés, sauf si ces personnes donnent leur consentement explicite ou s'il existe des raisons valables et démontrables de conserver ces données sans leur consentement explicite.
  • Mineurs: pour les dates de mineurs (dans ce cas de moins de 16 ans), l'autorisation des parents est toujours nécessaire ! En tant que collecteur de données, vous êtes tenu de faire des "efforts raisonnables" (pour l'instant, il s'agit encore d'une zone grise, sans démarcation explicite) pour déterminer l'âge, en fonction du contexte.
  • E-commerce: dans le cas d'achats anonymes, les données personnelles doivent être effacées après l'expiration du délai de réflexion. Vous n'êtes autorisé à suivre que les questions relatives à la facturation. Si une fuite de base de données avec des informations sur les cartes de paiement montre que l'entreprise et/ou la boutique en ligne n'est pas conforme à GDPR, alors l'entreprise - et éventuellement aussi le partenaire technique - paiera pour la totalité des dommages.
  • Tracking : en cas de profilage (nom + segmentation) des visiteurs sur un site/application, il doit être clairement signalé au visiteur avec ce qui est suivi et pourquoi. L'opt-out doit toujours être possible, et il doit donc y avoir une bonne politique de protection de la vie privée en place, ce qui l'explique clairement.
  • Acquisition/achat de bases de données: lors de l'achat ou de l'obtention de données, vous devez informer tout le monde dans les 30 jours en indiquant votre source ('données obtenues de X'), sauf si les personnes concernées le savent déjà ou si l'effort est trop important (il s'agit également d'une zone grise).

En tant qu'organisation, à partir du 25 mai 2018, vous devez être en mesure de démontrer quelles données personnelles vous recueillez, comment vous les utilisez et comment vous les sécurisez, que ce soit dans votre centre de données ou dans le nuage (cloud computing) en dehors de l'UE. Dans le cas que vous êtes vérifiez par le comité de protection de la vie privée, vous devez pouvoir soumettre une feuille de route.

Exemple d'une feuille de route :

1.         Sensibilisation : En parcourant ces informations, vous avez franchi l'étape un. A partir du 25 mai 2018, de nouvelles mesures (européennes) de protection de la vie privée s'appliqueront à votre entreprise. Découvrez en détail ce que le RGPD signifie pour votre entreprise, les mesures que vous devez prendre et les personnes que vous devez impliquer.

2.         Protection des données: Identifiez les renseignements personnels de votre entreprise et l'endroit où ils seront stockés et partagés. Ces informations sont regroupées dans un registre de données. Une évaluation de l'impact de la protection des données (DPIA - Data Protection Impact Assessment) est une sorte d'audit de sécurité dans lequel vous devez enquêter sur la façon dont vous traitez les données et sur les risques de perte ou de vol de données que vous courez. Sur cette base, vous devrez ensuite élaborer un plan d'action pour éliminer ces risques. Cette obligation s'applique principalement aux entreprises qui pratiquent le profilage et le marketing direct à grande échelle.

3.         Protéger correctement les données recueillies : Utilisez les bons outils de sécurité et la surveillance de la sécurité pour protéger votre entreprise contre les cyber-violations. 

4.         Communication et protection de la réputation : Si vous recueillez des données personnelles, vous devez obtenir la permission de le faire et indiquer clairement comment vous les utiliserez dans une déclaration de confidentialité. Évaluez la façon dont vous le faites maintenant et activez les mécanismes de consentement appropriés.

5.         Gestion des contrats : Vous devez conclure des ententes contractuelles avec des entreprises qui traitent des données personnelles (p. ex., fournisseur de services nuages (cloud computing). Assurez-vous de revoir également les contrats existants afin qu'ils répondent aux exigences de la réglementation du RGPD.

6.         Assurance : Si vous souhaitez vous couvrir contre les risques associés à la gestion des données, tels que : fuites de données, perte de données, atteinte à votre réputation, réparation de données, etc.... Vous pouvez alors opter pour une police d'assurance spécifique.

7.         Suivi et contrôle périodique : Surveillez votre sécurité informatique et vérifiez en permanence votre protection et la conformité à RGPD. Faites tester votre sécurité régulièrement et ne travaillez pas avec des logiciels dépassés.

Chèrs collègues, ne sous-estimez pas cette nouvelle législation. Heureusement, la Belgique a déclaré qu'elle n'imposera pas d'amendes pendant les deux premières années, de sorte que chacun puisse progressivement obtenir des informations et s'adapter.

Un bon (meilleur) conseil : ne recueillez que le nécessaire et le moins possible.

Read more
Van Schoonbekestraat 148
2018 Antwerpen
BE 0457 357 176
info@shiatsu.be